Timanit

Les questions principales que nous avons rencontrées sur le terrain et qui reviennent souvent lors de nos opérations de sensibilisation sur la nécessité de l’autonomie de la Kabylie sont celles auxquelles nous tentons d’apporter les réponses de militants et de responsables politiques du MAK que nous sommes.

10 questions-réponses

- Définition

L’autonomie : c’est la décentralisation de certains pouvoirs de la part d’un Etat central vers un Etat régional ou provincial.

L’autonomie de la Kabylie : c’est permettre au Peuple kabyle de survivre et de s’autogérer dans un grand ensemble algérien.

- Va-t-on mourir de faim ? C’est impossible ! bien au contraire nous allons devenir plus riches et prospères.

- Pourquoi ? Vous rendez-vous compte depuis 1999, la Kabylie n’a pas reçu un seul dollar des richesses nationales et elle ne profite même pas des impôts qu’elle collecte puisque elle ne reçoit même pas 30% des ses recettes fiscales. (Parole d’un économiste statistique à la main). Sans parler de l’étouffement économique puisque l’Etat antikabyle empêche les investisseurs de travailler en Kabylie. Le meilleur exemple est sûrement celui de Rebrab qui a voulu investir à Aokas dans une usine de produits électroménagers en rachetant l’usine de lièges (aqchour). Et bien le pouvoir l’a tout simplement poussé à investir à Sétif (il a créé au passage 5000 emplois directs et des centaines d’emplois indirects). Par contre, si on avait notre propre Etat, nous utiliserons nos recettes fiscales comme nous voulons .Nous adopterons la politique économique que nous voulons et nous aurons notre part des richesses nationales. (Ce qui n’est pas le cas actuellement).

- Faut-il des visas au reste des algériens pour entrer en Kabylie ? Non, pas du tout. Ils entreront et sortiront de Kabylie comme maintenant mais ils devront respecter nos lois et respecter notre façon de vivre et s’ils veulent s’installer en Kabylie, ils devront maîtriser notre langue et scolariser leurs enfants dans des écoles de Kabylie dont la première langue est le kabyle.

- Quelles missions pour l’Etat central ? L’Etat central aura sous sa responsabilité l’armée nationale, les affaires étrangères et l’émission de la monnaie nationale.

- Quelles missions pour l’Etat régional ? Il aura pour missions tout le reste c’est à dire la sécurité civile (la police, les pompiers,…), s’assurer du bien-être économique, social, politique et juridique de la population vivant en Kabylie, garantir une vie démocratique, moderniser le système éducatif et l’enseignement supérieur . S’assurer que le kabyle marche la tête haute à l’étranger et soit fier de sa langue, de sa culture et de son identité. Moderniser la langue kabyle et impulser une nouvelle dynamique au sein des autres peuples berbères et faire que Tamazgha retrouve son éclat comme avant au temps du roi Massnsen et des autres grands rois qui l’ont précédé. Enseigner aux Kabyles la véritable histoire de notre peuple loin des idéologies et des falsifications.

- Le MAK est-il un mouvement anti-islam ? Non, le MAK est un mouvement laïc qui respecte toutes les religions et croyances à commencer par l’islam ; mais il refuse l’utilisation de la religion à des fins politiques. Cela veut dire qu’il rejette systématiquement tout régime théocratique !!

- Le MAK est-il un mouvement séparatiste ? Non, bien au contraire, le MAK est un mouvement qui cherche à renforcer l’unité nationale Algérienne dans le respect le plus total des différences de chaque peuple d’Algérie (kabyle, targui, arabe, chawi,….).

- La Kabylie a depuis 1962 lutté pour la démocratie avec un résultat médiocre, pourquoi ? Tout simplement, parce que les Kabyles ont lutté pour leurs idéaux qu’ils confondaient avec ceux des autres Algériens. Les Kabyles n’avaient pas encore compris que les Algériens des autres régions avaient d’autres préoccupations, d’autres urgences et d’autres aspirations que celles des Kabyles. Donc, si la Kabylie venait à lutter pour ses propres intérêts, ses revendications auront beaucoup plus de chances d’aboutir, et d’être imitée, par effet de contagion, par d’autres régions. Il est beaucoup plus facile d’obtenir l’autonomie et la Kabylie que la démocratisation de toute l’Algérie. Avec l’autonomie nous aurons les moyens de démocratiser l’Algérie. Aussi nous servirons d’exemple au reste de l’Algérie et même à l’Afrique du Nord (Tamazgha) !!

- La langue Kabyle n’est pas une langue scientifique, donc pourquoi l’utiliser ? Une langue devient riche avec son utilisation quotidienne, prenons l’exemple de l’Anglais, c’est une langue qui est devenue riche avec la contribution des entreprises innovantes, qui créent de la nouvelle technologie tel que Motorola, IBM, Microsoft, …… Donc, si la Kabylie venait à connaitre un développement économique conséquent, la langue kabyle va devenir scientifique, en maitrisant les sciences et les technologies. La langue française, quant à elle, elle demeure ce butin de guerre dont parlait Kateb Yacine et qui servira beaucoup notre politique de décollage économique et technologique.

Je vous propose ce récit à méditer dans le cas kabyle : « Un peuple sans sa langue n’est que la moitié d’une nation. Une nation se doit de conserver sa langue plus que ses territoires. C’est une barrière plus sûre et une frontière plus importante que forteresses et fleuves. Perdre votre langue maternelle et apprendre celle de l’étranger, c’est la pire marque de la conquête : c’est l’âme que l’on charge de chaînes. » [Cité par Pierre Joannon, Histoire de l’Irlande et des Irlandais, p. 249.]

Qui plus est, tant que nous (peuple kabyle) accepterons de voir le mal et l’injustice régner sans qu’on réagisse, nous sommes condamnés à vivre dans le sous-développement et la misère intellectuelle et matérielle avec tout son lot de fléaux sociaux tels que la corruption , les vols et arnaques en tous genres, l’injustice, l’émergence d’une société où la gentillesse et la politesse seront considérées comme une faiblesse au lieu d’une force . Récit suivant à l’appui : « Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien ! » Avait dit Edmund BURKE, politicien anglais commentant la révolution française de 1789.

Massinissa NASRI – Licencié en sciences économiques – Cadre du MAK. – Président de la coordination MAK des villages d’Aokas.

Laisser un commentaire

 

volvofh16 |
les chevaux |
YamaP Diary |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | yasmineontv
| Monbazillac: informations c...
| yannfanch