• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 13 janvier 2010

Shamy Lvaz et Yennayer

Posté par kabylie libre le 13 janvier 2010

sahmy.jpg

Quant à Shamy le romancier kabyle, ex-Abranis, c’est le volet festif de l’événement qui semble le marquer : « Le soir de Yennayer les enfants rassemblés en groupe vont de maisons en maisons en chantant et en tapant des mains, les maîtresses de maisons les accueillent avec des youyous. Ils font ainsi le tour du village pour répandre la joie et la bonne humeur. » Pour le repas de Yennayer nous noterons une nette différence pour cet originaire des At Imɛuc : « le couscous aux poulet et à la viande séchée et mais le bouillon est à base de févette concassée, Seksu s-uvisar. »

Pour Dda Tahar restaurateur originaire de Tawrirt n’At Umalek, Yennayer c’est un repas familial par contre pour parler du couscous Imensi n Yennayer il appel au secours sa femme : « Le couscous de Yennayer est spéciale de par les ingrédients utilisés, Seksu n sabɛa isufer, le couscous aux sept légumes pour marquer l’avènement de la nouvelle année avec l’opulence et les bonnes augures. »

Changeons de ville et d’endroit « Non je ne suis pas l’autre, si je vous dis joyeux Noël le matin du 25 décembre c’est par courtoisie. Si le soir de la Saint Sylvestre je ramène ma coupe vers la votre dans un tschin scintillant du cristal c’est pour ne pas bouder ce plaisir de se retrouver avec vous et partager un moment de gaîté. yennayer c’est l’opulence, la joie, et le plaisir, pour moi le père Noël existe il s’appel Vava Yennayer. » En Kabyle dans le texte ça donne un chant révolutionnaire. Non ce n’est pas de moi, j’aurai bien aimé, mais c’est les dires de Ali nat Tizi un octogénaire habitant rue des Maronites dans le 11e côté Mesnil… En palabrant avec un Kabyle pour lui arracher quelques souvenirs de son enfance en rapport avec le nouvel an Amazigh, Ali m’arrache à mon appréhension. C’est qu’il a gros sur le cœur.

Des points communs à toutes les régions kabyles avec ce tour d’horizon des célébrations de Yennayer. C’est une fête païenne lors de laquelle le Kabyle se doit d’exprimer sa joie l’opulence, où les aliments amers ou aigres sont à éviter pour conjurer le mauvais sort. La maison est nettoyée, les enfants choyés et le repas copieux pour augurer une bonne année à venir.

tamurt.info

Publié dans Taqbaylit | Pas de Commentaire »

123456...8
 

volvofh16 |
les chevaux |
YamaP Diary |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | yasmineontv
| Monbazillac: informations c...
| yannfanch